Sécurité

La slackline et particulièrement la highline ne sont pas des sports normés et ne possèdent pas de fédération. Cela concerne le matériel comme l’installation et la pratique. Cependant, ce sport peut comporter des risques si certaines bonnes pratiques ne sont pas respectées. Il est de la responsabilité de chacun de pratiquer en sécurité à la fois pour soi et pour les autres.

Cette page évoque la sécurité pour la slackline en général. Si vous souhaitez vous renseigner sur la sécurité d’une discipline en particulier comme la highline ou le freestyle / jumpline, nous vous invitons alors à consulter directement leurs pages respectives sur les liens.

1. Choisir le matériel adapté

Un matériel testé et adapté à la slackline

L’utilisation de matériel dédié à la slackline est un premier gage de sécurité. Il existe aujourd’hui tellement de matériel spécialement conçu et développé pour la pratique de la slackline, qu’il nous semble inapproprié de se bricoler un montage soi-même sans connaître la résistance des différents éléments.

Même si il n’existe aucune norme officielle à ce jour (2021), les entreprises spécialisées dans cette discipline effectuent des tests correspondant à la réalité de la pratique du slackline pour garantir votre sécurité. Cet article vous explique en détail comment sont effectués les tests  de résistance chez Easy Slackline.

Chez Easy Slackline, nous testons nos produits au sein de notre entreprise et dans des laboratoires indépendants via des process spécifiques. Ces tests ne sont pas obligatoires mais ils garantissent que ce que nous annonçons est vérifié, et que notre travail ainsi que les produits proposés sont de qualité et vous permettent de pratiquer en toute sécurité.
De plus, comme l’essentiel du travail est fait en interne (conception, mesures, coutures, assemblages, personnalisation, etc) dans l’atelier de Saint Jorioz (74410), nous pouvons contrôler et garantir la qualité de notre matériel.

2. Installation du matériel

Voici les grandes lignes pour installer une slackline de manière sécurisée au sol. Ce sont des généralités applicables à la plupart des situations et des installations de slackline. N’oubliez pas que vous pratiquez généralement dans un environnement ouvert à tous (parcs, jardins publics, etc), que le bon sens et le savoir-vivre sont souvent les régles numéros unes à suivre.

Pour plus de détails spécifiques à chaques disciplines, nous vous invitons à consulter leurs pages respectives : jumpline/trickline, longline, highline et waterline.

Généralités pour l’installation d’une slackline

    • Utiliser du matériel spécifiquement développé pour la slackline.
      Vous vous assurez ainsi qu’il a été testé pour la pratique de la slackline et que sa résistance est bien adaptée.
    • Ne pas tendre votre slackline en travers d’un chemin, sentier ou lieu de passage.
      Surtout si vous commencez à tendre long (25m et +), la slackline commence à prendre de la place. Gardez à l’esprit qu’une slackline, n’est pas très visible de loin, n’hésitez pas à la rendre bien voyante avec de la rubalise par exemple. Cela pourrait éviter à un cycliste de faire une mauvaise rencontre…
    • Toujours surveiller votre slackline !
      Si vous pratiquez la longline, demandez à un ami de surveiller derrière vous afin d’éviter à un enfant, un chien ou une autre personne de toucher/s’accrocher à votre slackline alors que vous êtes dessus !
    • Utilisez des arbres adaptés (assez gros et en bonne santé). Plus d’infos sur les arbres et la slackline ici.
    • Ne pas tendre votre slackline à plus de 2m du sol.
      Tout simplement car au-delà, la chute peut s’avérer douloureuse. 
    • Pratiquer sur un sol herbeux ou amortissant, dégagé de tous objets saillants ou pouvant entraîner une blessure.
    • Faire un back up = sécuriser votre système de tension.
      Notamment sur les systèmes de tension à cliquet ou sur ceux à poulies. En cas de rupture d’un élément (sangle, mousqueton, autre), des éléments pourraient être projetés et heurter quelqu’un. Le back up permet d’éviter les projections de ce genre.
      Pour plus de détails, rendez-vous au point 3 de cette page
    • Ne jamais installer votre slackline sur du mobilier urbain (bancs, lampadaires, barrières, poteau de terrase, etc)
      Plus de détails au paragraphe suivant.
    • Lors de la mise en tension :
      – Avec un système cliquet: Eloigner le plus possible son corps du tendeur (actionner l’élément de côté, bras tendu, la tête le plus loin possible de l’installation).
      – Sur un système de poulie ou primitiv : Tirer sur la corde, si possible, derrière votre point d’ancrage (arbre). Sinon, se décaler légèrement du système de tension afin d’éviter toute projection en cas de rupture.

Choisir le bon environnement

Ne pas utiliser de mobilier urbain

Même pour une pratique débutante, les tensions générées par une slackline peuvent être assez importantes. C’est pourquoi il est important de bien choisir les points d’attache pour sa slackline !

Les mobiliers urbains ne sont clairement pas faits pour ça.

Que ce soit les bancs, les barrières, les lampadaires, les poteaux d’une terrasse dans le jardin, ce sont des éléments qui ne sont pas conçus pour que l’on tire dessus à l’horizontale.

En plus de les abimer, vous risquez sérieusement de vous mettre en danger. A titre d’exemple, voici une vidéo vous montrant les conséquences de ce type d’installation.

Utiliser des arbres (mais pas n’importe lesquels)

Comment choisir son arbre en slackline ?

L’idéal pour installer une slackline est d’utiliser des arbres.

Il faut que l’arbre soit suffisamment gros (40cm de diamètre au moins) et l’écorce suffisamment épaisse. Il faut aussi penser à protéger l’arbre en utilisant des protections d’arbre. En effet, les frottements et la tension exercée par la slackline sur un arbre peuvent fortement abîmer celui-ci et à terme le faire mourir. Nous vous invitons à lire cet article sur l’importance d’utiliser des protections d’arbre, et de bien choisir son arbre.

Pourquoi utiliser des protections d'arbre en slackline ?

3. Les backups en slackline – Sécuriser son installation

A quoi sert un backup ?

Un backup est un élément du système de tension permettant d’éviter les projections du matériel lors de la rupture d’un élément suite à une mauvaise manipulation / installation ou dûe à l’usure du matériel.

Il empêchera, dans la mesure du possible, un cliquet, des poulies, ou tout autre élément d’être projeté et de heurter quelqu’un. Si un élément casse, les projections se feront dans l’axe entre les deux ancrages.

La vidéo ci-contre est une illustration des conséquences d’une rupture d’un élément de la slackline SANS BACK UP.
Avec un back up, le cliquet projeté aurait été stoppé et n’aurait pas heurté le pratiquant. Heureusement, ce monsieur ne s’est pas gravement blessé.

Quelques techniques de backup

Voici quelques techniques de backup à faire sur vos installations. Nous ne proposons pas LA solution, mais des solutions parmi d’autres qui fonctionnent. Beaucoup de techniques différentes existent, et il y a toujours moyen de trouver une solution pour faire un backup sur votre ligne même sans ces éléments.

Sachez que chez Easy Slackline, les kits de Freestyle sont systématiquement fournis des back up pour sécuriser votre installation.

Backup sur un tendeur

  • back up cliquet

Avec un tendeur, l’utilisation d’une tête d’alouette pour l’installation (comme le kit cruise par exemple), n’est optimale que pour les kits d’initiations ou la tension dans la sangle est faible. Un backup restera cependant d’actualité.

Pour le Jumpline, l’utilisation d’élingues et de manilles reste la meilleure solution pour avoir une installation sûre.

Backup sur un système de poulie

Vous pouvez également utiliser le mou de la corde de votre noeud d’arrêt, afin de faire le tour de l’arbre. Ceci en plus des backup présentés ci-dessus.

Backup sur un Banana (bloqueur de sangle)

  • backup banana - slackline

Backup sur une boucle

backup - boucle - slackline

4. Législation et réglementation en slackline et highline

Il n’existe pas de réglementation spécifique à la slackline

La slackline est une activité sans législation spécifique. Que ce soit concernant le matériel, la pratique en elle-même, ou son encradrement (cours/stage), aucune réglementation spécifique n’est à ce jour en vigueur (2021).

Les régles générales liées à la pratique d’activité de plein air s’appliquent tout de même suivant les lieux où vous pratiquerez. Renseignez-vous sur les réglements des parcs publics, des zones de nature protégées (parcs naturels, etc), ou les installations spécifiques et « hors normes » (très grandes/hautes slacklines).

Relations avec les autorités officielles

A défaut de réglementation officielle, les régles générales liées à la pratique d’activité de plein air s’appliquent tout de même suivant les lieux où vous pratiquerez.
Renseignez-vous sur les réglements des parcs publics, des zones de nature protégées (parcs naturels, etc), ou les demandes à faire pour les installations pouvant géner comme les très grandes et/ou très hautes slacklines (DGAC pour les déclarations des highlines pouvant géner l’aviation et les secours aériens par exemple – poser un NOTAM).

Le propriétaire du lieu

Il parait évident qu’il est nécessaire de demander au propriétaire du ou des terrains concernant votre installation, l’autorisation d’accèder au lieu. Ce n’est pas parce que vous êtes en pleine nature que l’endroit n’appartient à personne ou n’est régie par personne.

Ce n’est pas forcément une personne qui est propriétaire, ce peut être aussi une commune ou tout autre collectivité territoriale. D’ailleurs certaines communes ont pris des arrêtés concernant l’autorisation ou non, de la pratique de la slackline, et plus particulièrement de la highline, sur leurs territoires (Verdon, Vercors, Massif du Mont Blanc, etc).

Pour cela à vous de vous renseigner grâce au cadastre, la mairie, l’office de tourisme, etc.

Les services de secours

Nous parlons ici plus particulièrement des secours en pleine nature/montagne, comme la sécurité civile ou le PGHM.

Il est important de signaler à l’antenne locale de ces institutions, la nature de votre activité, la durée, le lieu exact, le nombre de personne sur place, le nombre et les dimensions des slacklines installées.
Cette action leur permettra de vous conseiller sur la sécurité de l’environnement dans lequel vous serez. Mais aussi et surtout de pouvoir directement mobiliser les moyens de secours spécifiques adaptés à votre activité (highline) sans être pris au dépourvu et perdre du temps (héli-treuillage, mobilisation du GRIMP, etc).

Liens et contacts utiles

Cette liste est non-exhaustive et a pour but de vous aider à trouver les bons contacts pour vos projets.
Si vous avez des mises à jours à y apporter, nous sommes preneur (via la rubrique contact). Cette liste participative aidera grandement la communauté slackline à avancer. Il existe également d’autres infos à ce sujet sur le groupe Facebook Slackline France.

Lors de vos projets, il sera important d’envoyer ces informations (en fonction du lieu du projet) :

  • les coordonnées GPS de la l’installation
  • nombre et longueurs des highlines installées
  • l’altitude
  • la date d’installation et de démontage
  • les coordonnées d’une personne à contacter sur place
  • toutes autres informations que vous trouverez utile
Provence-Alpes-Côte d’Azur

04 – Var :

Cas particulier du Verdon :

  • Mairie de la Palud Sur Verdon : Au moins 8 jours avant, l’envoi d’une demande d’autorisation à la mairie par mail à mairielapaludsurverdon@wanadoo.fr + highlineverdon@gmail.com
  •  Le jour de l’installation, confirmer la présence de/des la ligne(s) en appelant le CODIS (les pompiers) au 0492308928 en leurs précisant quelles lignes sont installée et pendant combien de temps

05 – Hautes Alpes :

Lac de Serre-Ponçon :

Auvergne-Rhône-Alpes

38 – Isère :

Spécifique à  La Chartreuse :

  • Prévenir la base Aérienne (Helico) du Versoud : franckdiebold@me.com
  • Prévenir le PGHM : PAtrick Poirot 06 30 51 43 29

73 – Savoie :

74 – Haute Savoie :

DOM-TOM

974 – La Réunion